Maticsales™

Les 12 piliers du Dynamic-Webselling™

Le Dynamic-Webselling™ est une philosophie entrepreneuriale conçue pour convenir à celles et ceux qui démarrent avec les moyens du bord, sans compter ni sur les banques, ni sur les gros investisseurs.

Cette philosophie a été développée en adaptant les découvertes réalisées par des marketeurs, des publicitaires et des scientifiques depuis 1923.

Le Dynamic-Webselling™ regroupe différentes théories et méthodes qui évoluent avec le temps.

La raison d’être du Dynamic-Webselling™ est d’assister les petits entrepreneurs dans la construction de la vie de leur choix grâce à leurs ventes.

Le terme “Dynamic” exprime la notion de mouvement et d’action, essentielle pour garder l’attention et l’excitation des clients, afin qu’ils continuent d’acheter mois après mois…

Le terme “Webselling” reflète l’utilisation des technologies modernes, telle qu’internet, qu’on utilise pour adapter et faire évoluer les principes découverts par les marketeurs, publicitaires et scientifiques depuis le début du 20ème siècle…

1. La théorie des terminus™

La théorie des terminus™ permet d’avoir un état d’esprit plus favorable à l’atteinte des objectifs financiers, mais ça ne fonctionne qu’à une seule condition:

Ça ne fonctionne pas pour les gens qui font du business uniquement pour l’argent. En revanche, elle conviendra à ceux qui font du business pour financer la vie de leur choix…

On a souvent tendance à comparer la vie à un voyage. Quand on construit la vie de son choix, il s’agit le plus souvent d’ une suite de projets, et chacun de ces projets peut être comparé à un voyage, une expédition, jusqu’à un but, un terminus.

Si on fait du business juste pour l’argent, on croit avoir un but, mais il nous manque la notion de terminus:

Aussi, contrairement à l’aventurier qui gardera le focus sur son prochain terminus jusqu’à l’atteindre, nous vivons pour un chiffre. Et la plupart du temps, ce n’est pas assez concret pour notre subconscient, alors voici ce qui se passe:

Le gros chiffre en question n’arrivera pas aujourd’hui, et c’est normal car le but est lointain. Il n’arrivera probablement pas non plus cette semaine, ni ce mois-ci, et peut-être pas le mois prochain non plus. Alors on s’habitue à vivre sans avoir atteint ce chiffre, et plus le temps passe, moins on y pense, jusqu’à ce qu’on oublie…

Et avant même de s’en rendre compte, on a revu ses objectifs à la baisse, même si au départ on avait tout préparé aux petits oignons pour atteindre le chiffre. Alors que si on vise un terminus, c’est différent:

Votre prochain terminus est forcément plus concret qu’un chiffre sur un écran. C’est peut-être un voyage, un déménagement, un nouveau véhicule, ou encore autre chose…

C’est quelque chose de concret, précis qu’il est simple d’imaginer et matérialiser dans votre tête. Beaucoup plus que si c’était un simple chiffre sur un écran. En vous focalisant sur cet objectif, l’argent pour le financer n’est plus un chiffre, mais un carburant vers le prochain terminus. Et c’est beaucoup plus facile de tenir le cap:

En focalisant sur le terminus, vous ne pensez plus seulement à l’argent, mais aux meilleurs moyens d’atteindre le terminus. Vous étudiez toutes les autres composantes du projet, et ça devient passionnant. Vous vous impliquez beaucoup plus dans l’apprentissage des compétences liées à votre projet, mais vous n’avez pas l’impression de travailler. Au contraire ça vous donne du plaisir:

À force, vous trouvez des stratagèmes, développez des techniques qui vous permettront d’atteindre votre terminus plus rapidement, et avec un budget moindre. Au bout d’un moment, ça devient une raison de se lever le matin, même quand il n’y a aucune obligation, mais vous en avez envie…

Au final, vous vous rendez compte, que vos progrès vous permettront d’atteindre le prochain terminus pour un budget inférieur à ce que la plupart des gens s’imaginent, y compris vous avant de vous y mettre…

Tout ça, ça n’arrive pas quand on se fixe un objectif uniquement financier. La plupart des gens se disent “j’aimerais gagner telle ou telle somme. Comme ça, je pourrais faire X ou Y”. Mais 5 minutes après ils n’y pensent plus. Ils n’ont pas de terminus, ils courent après l’argent comme si c’était une corvée. Et ça l’est pour la plupart d’entre eux…

Alors qu’en abordant le défi en sens inverse, non seulement, on y prend du plaisir, mais on devient plus efficace et persévérant. En Dynamic-Webselling™, on appelle ça la théorie des terminus™.

2. La théorie du philosophe entrepreneur™

La théorie du philosophe entrepreneur™, est intimement liée à la théorie des terminus™. Elle permet de prendre du plaisir au travail, donnant la force de persévérer jusqu’au prochain terminus, même s’il parait lointain. Par contre, elle demande plus d’efforts que la théorie des terminus™:

Elle ne conviendra pas à ceux qui cherchent à réussir uniquement par le mental, sans passer à l’action. En revanche, combinée à la théorie des terminus™, elle peut être agréablement appliquée…

Lao-Tseu, un sage chinois considéré a posteriori comme le père fondateur du taoïsme avait déclaré:

“Le bonheur, c’est le chemin.” Et plus récemment, une étude menée par le département d’économie de l’Université de Warwick, au Royaume-Uni, a démontré qu’être heureux dans son travail fait grimper les performances en termes de qualité et de rapidité…

Dans le monde moderne, considérer que “Le bonheur, c’est le chemin” est une attitude philosophe. Mais pour qu’elle permette la réussite d’un entrepreneur, il est indispensable que cette philosophie ne se limite pas à une idée, mais soit la conséquence d’une réalité que vous concrétisez, dans votre activité et votre vie:

C’est la raison pour laquelle, la théorie du philosophe entrepreneur™ se marie si bien avec la théorie des terminus™. Le prochain terminus que vous visez, devrait être celui d’avoir construit un système qui rend votre travail agréable, comme si c’était un hobby:

Tout ce qui parait trop long ou trop compliqué, divisez le en plusieurs tâche plus simples. Et re-divisez encore si nécessaire. Automatisez tout ce qui vous ennuie, et déléguez ce qui ne peut l’être, etc…

Vous n’aurez probablement pas terminé aujourd’hui, et peut-être même pas cette semaine. Vous aurez peut-être besoin de fonds supplémentaires. Mais n’oubliez pas que de la même manière que l’achat d’une nouvelle voiture, ou toute autre chose que vous désiriez financer avec votre business, la construction de ce système est votre prochain terminus, votre prochain objectif:

Ce qui vous motivera, c’est de penser chaque jour au moment tout sera prévu pour que votre job soit une source de plaisir. Une source de plaisir qui fournira le carburant vers les prochains terminus…

Personne ne devrait avoir à souffrir pour gagner sa vie. Les entrepreneurs ont fait le choix de construire leur source de revenus, et en faisant les bons choix, il est toujours possible pour eux de transformer leur travail en expérience de plaisir. En Dynamic-Webselling™, on appelle ça La théorie du philosophe entrepreneur™.

 

3. La théorie du leader-cibleur™

La théorie du leader-cibleur™, vous permet de vous affirmer sur votre marché, sans vous laisser intimider par les oligarques de votre secteur d’activité. Par contre, elle ne conviendra pas aux gens ayant des idées trop arrêtées…

Pour appliquer la théorie du leader-cibleur™, il faut arrêter de suivre ce que fait la foule, ce qui demande une certaine ouverture d’esprit:

Sur la plupart des marchés, les plus gros acteurs font de la propagande pour faire croire aux masses que la meilleure manière de faire leur métier, c’est la leur…

Armés de leurs gros budgets, ils ont les moyens d’être vus partout. Aussi, la majorité des clients potentiels finissent par considérer leurs doctrines comme des vérités absolues et immuables. Tant et si bien que très vite, des centaines de petites entreprises se mettent à copier leurs méthodes de travail, mais en moins bien car elles ont moins de moyens…

Dans ces conditions, en tant qu’indépendant ou PME on peut se mettre à complexer:

Soit parce qu’on fait la même chose que les gros en moins bien, et on est mal à l’aise face aux clients…

Soit parce qu’on fait quelque chose de différent, et on s’attend à ce que la majorité des clients potentiels, manipulés par les gros, n’apprécient pas notre travail…

L’avantage que vous avez si vous êtes indépendant ou une PME, c’est que vous n’avez pas besoin de plaire à tout le monde:

Vous n’avez pas besoin d’avoir autant de clients que les gros pour très bien gagner votre vie: parce que vous avez tout simplement besoin de moins de budget pour fonctionner. Et surtout parce que vous pouvez vendre plus cher qu’eux, en transformant vos différences en valeur ajoutée:

Le but n’est pas de plaire à vos concurrents, qui ne vous achèteront jamais rien, mais de satisfaire vos clients. Et certains d’entre eux seront prêts à vous suivre toute votre carrière:

Plus la clientèle cible d’une entreprise est large, plus c’est difficile de prendre position pour lui plaire. Parce que les personnes visées sont trop différentes les unes des autres. Comme dit le dicton “plaire à tout le monde, c’est plaire à personne”…

C’est pour ça que plus une entreprise est grosse, plus elle est tentée par la publicité de masse, ou la réduction des prix, ou les 2: elles n’ont généralement pas d’autres alternatives. Sauf qu’une entreprise qui joue la différence devient souvent plus forte:

Prenons l’exemple d’Apple, qui est l’entreprise la plus rentable du monde à l’heure où ces lignes sont écrites. On peut ou non être d’accord avec les idées d’Apple, il n’empêche que bien avant le succès mondial de l’iPhone qui a mis la marque sur le devant de la scène internationale, Apple à toujours conçu ses produits en ignorant les critiques, et en se comportant différemment de la concurrence:

Déjà à l’époque des premiers ordinateurs Macintosh, les idées d’Apple étaient minoritaires, mais il existait des foules de clients qui se comportaient en vers Apple comme s’ils s’agissait de leur propre religion…

On retrouve le même phénomène en politique, et dans toute interaction dans laquelle un leader défend des idées:

Moins il y a de gens prédisposés à y adhérer, plus fort ils y adhéreront. Plus les idées de cette minorité seront attaquées par la majorité, plus les sympathisants s’impliqueront à les soutenir. Parce que la rareté provoque la valeur…

Et petit à petit ce nombre de sympathisants augmente. Et parfois, comme pour Apple, ça fini par faire tellement mouche que c’est la majorité qui s’inspire de la minorité.

Si vous ne pouvez pas faire mieux que les plus gros, travaillez différemment, et assumez-le en travaillant spécifiquement pour ceux qui cherchent autre chose que la mode imposée par les gros.

En les ciblant spécifiquement, et en vous occupant bien d’eux, quoi que puissent en penser le troupeau, ils vous suivront, et seront prêt à vous payer plus cher. Parce que personne d’autre ou presque n’a le courage de leur apporter la valeur qu’ils recherchent.

Et quand les ventes fonctionnent, la sensation d’intimidation disparaît vite.

En Dynamic-Webselling™, on appelle ça la théorie du leader-cibleur™.

4. La théorie de la soirée en boîte™

La théorie de la soirée en boîte™ permet de lancer un business, et d’amorcer un afflux de ventes, même si on ne dispose que d’un budget considérablement limité. Mais elle peut être dangereuse pour certaines personnes:

En effet, son utilisation sera insuffisante pour les gens à qui l’argent “brûle les doigts” quand il rentre. Ça ne conviendra pas non-plus à ceux qui veulent travailler dans le même confort que les PDG des multinationales avant même d’avoir établi une clientèle…

Avec un peu d’observation, on constate fréquemment que des entrepreneurs se mettent en faillite, parce qu’ils dépensent une trop d’argent dès le départ dans des stratagèmes coûteux en matière de publicité et de marketing. Leurs intérêts seraient mieux servis par des méthodes peu coûteuses, mais qui demandent d’être plus débrouillard…

Lorsque qu’on prend le temps d’ y penser, on s’aperçoit qu’ avec suffisamment d’argent, c’ est facile “d’acheter des clients”. Et que n’importe quel abruti, ou presque, peut créer une entreprise, et de nombreux abrutis l’ont fait, dépensant ainsi des millions d’euros dans ce processus:

La véritable réussite consiste à attirer des clients, et à réaliser des ventes, sans devoir dépenser un énorme capital pour le faire. Et surtout à savoir réguler ses futures dépenses une fois que l’argent rentre, afin de se protéger d’éventuelles baisses d’activité…

En d’autres termes, beaucoup d’entrepreneurs se laissent aveugler par les vendeurs de rêves qu’on voit sur internet, et se retrouvent à dépenser tout ce qu’ils possèdent pour imiter les grosses entreprises sans avoir les moyens de le faire. Par manque de moyens, le résultat est généralement moins bon que ceux qu’ils copient, rendant plus difficile leur réussite commerciale, ce qui les met en danger, et provoque de nombreuses faillites..

Peu de gens le savent, mais à ses débuts, l’entreprise Uber, aujourd’hui côté en bourse, a démarré avec peu de moyens:

Bien avant d’avoir une application de smartphone, le cofondateur Garrett Camp a pris son téléphone pour appeler des chauffeurs privés qui avaient besoin de clients, et leur proposa de leur en fournir…

De l’autre côté, les 2 co-fondateurs trouvaient des clients dans leur entourage, qui avaient besoin de chauffeurs:

Le travail était fait à l’ancienne par téléphone. Les clients appelaient un numéro de téléphone pour commander une course, un des 2 co-fondateurs décrochait pour prendre en charge leur demande, puis les mettait en attente un instant…

Avec un autre téléphone, ils appelaient les chauffeurs de leur base de données, pour trouver celui qui prendrait la course en charge, et Uber (qui se nommait à l’époque UberCab) prenait une commission sur la course:

Le seul budget nécessaire pour mettre ça en place sont un téléphone pour recevoir des appels, et un deuxième qui doit avoir du crédit pour appeler. C’est à la portée de tout le monde…

Dans son livre “The 100 $ Startup”, Chris Guillebeau, entrepreneur globe-trotter à succès, démontre qu’il est possible de monter son entreprise avec peu de moyens, sans business plan et sans salarié…

Autre exemple: Lorris Famaky, fondateur de Maticsales™ et inventeur du Dynamic-Webselling™, est sorti d’une impasse financière en créant son premier centre de formation en ligne, en utilisant uniquement des outils gratuits…

Le fait de dépenser entre zéro et 100€ pour se lancer n’est pas une obligation, mais un point de repère qui montre que si on utilise la débrouille, on peut démarrer une entreprise quel que soit son budget, sans devoir baisser sa qualité de vie:

Selon une étude publiée par Statista, il a été établi que le coût moyen d’une soirée en discothèque à Paris en 2018 est d’environ 55€. Ce tarif inclut le prix de l’entrée, 2 boissons dans le club, le taxi pour rentrer, ainsi qu’un menu Big Mac:

Et 55€, c’est également moins cher qu’un jeu de Playstation, ou que bien d’autres dépenses qui paraissent bien plus habituelles, mais qui sont loin d’être indispensable. Pourtant avec 55€ et un peu d’huile de coude, on peut aujourd’hui lancer un business rentable:

En Dynamic-Webselling™, on appelle ça la théorie de la soirée en bôite™.

5. La théorie du saule pleureur™

La théorie du saule pleureur™ permet de créer des pics de ventes à court terme pour être rentable en quelques semaines, ou même quelques jours. Seulement, elle ne conviendra pas à certaines personnes qui n’arriveront pas à l’appliquer:

La théorie du saule pleureur™ n’est pas faite pour les flambeurs, qui ne peuvent s’empêcher de dépenser tout l’argent récolté lors d’un pic de ventes réalisé en peu de temps…

Le saule pleureur™ est un arbre qui pousse très vite, qui développe de grosses racines et un tronc très solide. Et il peu vivre jusqu’à 100 ans. L’objectif est donc de reproduire le même schéma dans votre business:

Chaque entrepreneur a ses propres besoins financiers, personnels et professionnels, ce qui rend la hausse des ventes importante…

Il est toujours préférable d’augmenter rapidement ses ventes que de s’endetter pour assouvir ces besoins. Heureusement, il y a généralement de l’argent qui attend dans les poches des clients:

Le meilleur moyen d’en profiter, c’est de créer un pic de ventes à court terme en proposant une grosse promotion, valable pendant une courte durée. Mais il est important d’y ajouter une raison valide qui justifie la promotion, voici pourquoi:

De nombreuses promotions non accompagnée de raisons qui les justifient échouent lamentablement,parce que les acheteurs visés sentent que quelque chose cloche:

Ils ont l’impression que l’on essaie de se débarrasser de notre marchandise, ce qui met en doute la qualité de ce que l’on vend. Alors qu’en utilisant une raison qui la justifie, la promotion perd son caractère “suspect”, même si vous créez cette raison de toute pièce:

La grande distribution le fait toute l’année, en dehors des grandes périodes marchandes habituelles, ils inventes des raisons de faire des promos sans-cesse:

On peut alors voir des raisons comme “Les 30 jours fous”, “Anniversaire de l’enseigne”, “Prix foire” en mai, “Prix braderie” en septembre, et plus récemment “Les French Days”, invention des grandes entreprises d’e-commerce pour re booster leurs ventes en recopiant le principe du “Black Friday” à d’autres périodes de l’année…

Les objectifs du flux d’argent généré par ces pics de ventes sont d’être rentable rapidement, et de financer une base de longévité pour votre activité. Comme pour un saule pleureur qui pousse vite et reste en vie 100 ans.

En Dynamic-Webselling™, on appelle ça La théorie du saule pleureur™

6. La théorie de la pieuvre somnambule™

La théorie de la pieuvre somnambule™ permet d’accomplir plus pour de meilleurs résultats en travaillant moins. En revanche certaines personnes ne pourront pas en profiter:

Pour exploiter La théorie de la pieuvre somnambule™, il est nécessaire de faire un travail de mise en place, et certaines personnes ne prendront pas le temps de le faire.

Lorsqu’on travaille seul ou en petit comité, et qu’on a un budget limité, on est contraint de miser sur le travail humain. On peut vite se retrouver débordé, et a agir dans tous les sens, sans plus savoir où donner de la tête…

La pieuvre est un animal qui possède 8 cerveaux et 8 tentacules. Si nous avions des caractéristiques similaires, ça multiplierait notre temps de cerveau disponible par 8, et nos capacités manuelles par 4…

D’autre part, c’est un fait connu que certains somnambules accomplissent des tâches durant leur sommeil. N’étant pas conscients de ce qu’ils font, ça ne pourrait pas remplacer du travail professionnel. Mais on pourrait se prendre à rêver que ce soit possible, afin de se réveiller chaque matin avec du travail accompli sans effort…

Grâces aux nouvelles technologies et aux moyens de communications modernes, il est aujourd’hui possible d’automatiser plus de 80% de notre travail et de déléguer à moindre coût 10 à 15% de ce qu’on ne peut pas automatiser, même sans avoir d’employés:

Ainsi nous la seule chose sur laquelle nous devons concentrer notre énergie, et notre mental, ce sont les environs 5% qui ne peuvent être effectués que par nous-même…

Ça demande de prendre le temps de mettre en place des systèmes et des procédures dans notre activité. Mais le jeu en vaut vraiment la chandelle:

Une fois que c’est fait, notre business devient une machine qu’on alimente petit à petit. Chaque travail accompli, l’est une fois pour toute et continue d’apporter ses fruits même lorsqu’on dort! Un peut comme si on avait plusieurs cerveaux comme la pieuvre, et qu’en même temps, on travaillait en dormant.

En Dynamic-Webselling™, on appelle ça La théorie de la pieuvre somnambule™.

7. La théorie de l'équipage™

La théorie de l’équipage™ permet de faire des ventes 5 fois plus facilement en moyenne, mais ce chiffre peut atteindre un sommet de 14 fois plus facilement. Mais elle ne fonctionnera que pour certaines personnes:

La théorie de l’équipage™ ne fonctionnera pas pour les gens qui veulent passer leur temps à chercher des nouveaux clients, en ayant l’impression d’être plus efficace parce qu’ils s’épuisent à la tâche. Par contre, elle conviendra aux personnes qui veulent s’appuyer sur des principes qui ont fait leurs preuves par les chiffres, et qui veulent obtenir des résultats en les appliquant…

Pour que tout se passe bien à bord, le capitaine d’un bateau a besoin d’un équipage. A chaque nouveau départ, il sera toujours plus efficace de réembaucher les membres de l’équipage précédant, que de recommencer un recrutement en partant de rien zéro. Et s’il le faisait, il vexerait sans doute ses anciens marins qui pourraient se sentir trahis ou négligés…

En business c’est pareil: pour que tout se passe bien à bord, vous avez besoin de clients. Et selon une étude publiée par Invesp, vos anciens clients ont entre 60 et 70% de probabilité d’acheter à nouveau, contre 5 à 20% de probabilité pour les nouveaux clients:

Ce qui nous donne une moyenne de 5,20 fois plus de probabilité d’achat chez les anciens clients. Maintenant, si compare la probabilité d’achat la plus basse des nouveaux clients, à savoir 5%, avec le probabilité d’achat la plus haute des anciens clients, à savoir 70%, on s’aperçoit que les probabilité d’achat des anciens clients peuvent grimper jusqu’à 14 fois plus!

La plupart des entrepreneurs ignorent ces chiffres, et toujours d’après l’étude d’Invesp, seulement 18% d’entre eux travaillent sur la rétention des clients. Alors ils s’épuisent à chercher sans cesse de nouveaux clients, parce qu’ils voient le troupeau se comporter ainsi:

Non seulement c’est plus difficile pour eux de vendre, mais leurs clients déjà acquis se sentent négligés. Parce qu’ils voient des publicités et autres efforts de communication s’adresser aux futurs clients, pendant qu’ils ne reçoivent aucune attention de la part d’une entreprise à qui ils ont donné leur argent. Du coup, certains d’entre eux se vexent parce qu’ils se sentent négligés, et on risque de les perdre. Mais il y a pire:

Les anciens clients continuent de gagner de l’argent chaque mois. Et sans mettre en place des moyens de leur proposer encore et encore des raison d’acheter chez nous, ils dépenseront cet argent ailleurs, pendant qu’on gaspille de l’énergie à chercher des nouveaux clients. Alors qu’on en a déjà:

Il est important de chercher des nouveaux clients, mais l’énergie et le temps doivent en priorité être consacré à la rétention des anciens clients. Prenez soin de votre équipage, et certains vous suivront des décennies.

En Dynamic-Webselling™, on appelle ça La théorie de l’équipage™.

8. La théorie du consultant à 9000 dollars™

En marketing la perception, c’est la réalité. Et on a beau avoir les meilleurs produits ou services du monde, si le public ne vous perçoit pas comme une entreprise ou quelqu’un de respecté, ça sera terriblement difficile de vendre.

La théorie du consultant à 9000 dollars™ permet d’établir une crédibilité pour votre entreprise dès le premier jour, avant même que quiconque ne connaisse votre existence. Par contre, ça ne conviendra pas à ceux qui veulent se contenter de méthode de “bisounours”:

En effet, la théorie du consultant à 9000 dollars™ consiste manufacturer de toutes pièces une perception d’autorité pour votre entreprise. Important: bien que manufacturé volontairement, TOUT DOIT ÊTRE RÉEL…

Dave Dee, un ancien magicien devenu spécialiste du marketing aux États Unis, affirme qu’il n’oubliera jamais le jour où son livre “How To Turn Your Passion Into Profits” a été publié:

Il pouvait enfin se présenter au public en disant “Je suis un auteur”. Ce mot lui apportait beaucoup de fierté, mais mieux encore, ça lui donnait instantanément un statut d’autorité, qui lui a permis de faire grimper ses honoraires de consultant à 9 000$ par jour…

Du même coup, le fait d’être un consultant qui facture 9 000$ par jour ajoute encore plus d’autorité à son statut…

Il n’est pas forcément nécessaire d’écrire un livre, ou même d’afficher des prix chers:

L’important, c’est de fournir au public un critère sur lequel vous juger, un critère qui vous met en valeur. Et si vous n’en n’avez pas encore, vous pouvez l’inventer, et le manufacturer de toute pièce pour le rendre réel:

Ainsi, vous n’avez pas besoin d’avoir le moindre client ou visiteur, ni de la validation des acteurs importants de votre profession pour devenir une autorité. Vous n’avez besoin de personne, et vous pouvez même le faire avant de lancer votre activité!

En Dynamic-Webselling™, on appelle ça La théorie du consultant à 9000 dollars™.

9. La théorie de l'antiquaire-prestigieux™

La théorie de l’antiquaire-prestigieux™ permet d’atteindre des niveaux de chiffre d’affaires élevés, en restant fidèle à son éthique. Par contre elle ne donne pas des résultats instantanés:

En effet, la théorie de l’antiquaire-prestigieux™ est plus une approche pour vous guider dans vos décisions, qu’une stratégie en elle-même…

Imaginez un antiquaire passionné par son métier, par la qualité, l’histoire et l’authenticité des pièces qu’il vend, il n’aura probablement pas envie de se mettre à vendre de vulgaires copies décoratives pour touristes…

Pourtant, au cours de sa carrière, il sera certainement incité à le faire, sous prétexte que c’est censé être plus facile: ça coûte moins cher, donc ça semble plus facile à vendre, la marchandise est plus facile à trouver parce qu’elle est fabriquée en usine, et le nombre de clients potentiels et plus élevé:

Le problème, c’est qu’en acceptant ça, il ne serait plus vraiment un antiquaire, et trahirait des valeurs qui sont importantes pour lui. Mais en continuant de vendre des pièces authentiques et rares, en ciblant des clients passionnés comme lui, et qui sont également des connaisseurs ou qui veulent le devenir, il se positionne comme un fournisseur de rareté et de qualité:

Parce que les clients qu’il cible cherchent quelque chose qu’ils ne trouveront pas ailleurs, et il leur apporte sur un plateau. Ainsi, il peut vendre ses produit cher, même très cher, tout en fidélisant ses clients. Au final, il peu même faire fortune en ayant une toute petite clientèle, mais qui le suivra toute sa carrière…

Ainsi, il garde son prestige, et reste fidèle à ses valeurs, sans perdre d’argent. En se remuant les méninges, il est toujours possible de trouver une solution pour faire en sorte que les affaires fonctionne, tout en restant fidèle à sa propre éthique:

En Dynamic-Webselling™, on appelle ça la théorie de l’antiquaire-prestigieux™.

10. La théorie de l'asticot et du métal™

La théorie de l’asticot et du métal™ vous permet de créer des pages de ventes percutantes, sans être à l’aise pour vendre, et sans vous transformer en un infâme vendeur de tapis. Par contre, son utilisation demande une certaine ouverture d’esprit:

En effet, la théorie de l’asticot et du métal™ contredit les méthodes de vente traditionnelles, qui consistent à pousser la vente jusqu’à ce que le client cède à l’usure…

Bien qu’il existe certains endroits du monde, où les habitants pêchent le poisson en l’attrapant à la main, c’est une tâche difficile, et le premier jour, les débutants repartent généralement bredouille…

À l’inverse, en utilisant une canne à pêche et un asticot (ou autre chose) comme appât, même un parfait débutant peut pêcher sa première carpe en moins d’une heures…

Il y a fort longtemps, les légendes du copywriting John Carlton et Gary Halbert ont publié une cassette audio, dans laquelle ils parlaient du concept d’argent ou de plomb et des barons de la drogue mexicains…

Lorsque qu’un cartel de drogue mexicain voulait changer une loi, ils n’utilisaient pas la voie traditionnelle en passant par le Congrès. Au lieu de cela, ils trouvaient le décisionnaire, pénétraient dans la maison de l’homme politique, lui donnaient un fusil et un sac d’argent. Puis ils lui donnaient 2 options:

Dans les 2 cas, cette loi finirait par changer, soit par l’argent, soit par le plomb. Soit il acceptait l’argent, et la loi serait changée par corruption. Soit il refusait, se faisait tirer dessus, mourrait, et le même manège recommencerait avec son ou ses successeurs, jusqu’à ce que la loi soit changée:

Lorsque vous avez le choix entre la mort ou l’argent, vous allez choisir l’argent n’est-ce pas? Et bien pour vos clients c’est pareil:

Pour commencer, plutôt que de pousser la vente, ce qui provoque automatiquement une réaction de résistance, vous allez attirer les visiteurs en les appâtant, tel un poisson avec un asticot:

Vous les attirez non pas avec une attitude commerciale, mais en leur montrant qu’il vont en découvrir plus sur un résultat qu’ils désirent déjà. Puis vient le second acte:

Une fois que vos visiteurs ont mordu à l’hameçon, vous leur montrez les 2 alternatives: soit ils continuent comme ils ont toujours fait, et les difficultés qu’ils rencontrent actuellement vont continuer, elles risquent même d’empirer, ce qui pourrait mener à la catastrophe. Ou bien:

Ils peuvent suivre vos conseils, en utilisant un type de produit ou service qui rendra tout plus facile, et les mettra hors de danger. Et pour terminer:

Il se trouve que vous vendez un produit ou service comme celui dont vous venez de leur faire part. Alors ils vous les laissez choisir:

Ils peuvent prendre le risque de continuer comme avant, ou bien, ils prennent le produit. À ce moment-là, c’est vraiment désagréable de partir sans acheter…

En Dynamic-Webselling™, on appelle ça la théorie de l’asticot et du métal™

11. La théorie du mentaliste™

L’un des éléments les plus important pour faire une vente, c’est que l’interlocuteur soit convaincu que ce qu’on lui présente est fait spécifiquement pour les gens dans son cas. Sans ça, beaucoup de gens qui auraient acheté arrêteront de vous lire ou de vous écouter, avant même de chercher à comprendre quoi que ce soit…

La théorie du mentaliste™ vous permet de cibler vos clients idéaux, et de provoquer en eux le sentiment d’avoir cliqué sur LA page, LA vidéo, ou LE podcast spécifiquement fait pour eux. Après quoi, ça devient beaucoup plus facile de vendre. Mais elle ne permet pas réellement de lire dans les pensées des gens:

Comme vous le savez probablement, contrairement à ce qu’on voit dans certains films et séries TV, dans le monde réel, les mentalistes ne lisent pas dans les pensées:

Il utilisent des méthodes de déduction et de suggestion pour deviner ce que leur interlocuteur pense, de manière parfois si précise que ça donne une illusion de pouvoirs paranormaux…

La plupart des entrepreneurs et marketeurs choisissent un produit ou un service à vendre, puis se demandent comment ils vont trouver des clients. C’est la méthode la plus difficile:

À l’inverse, en choisissant votre cible à l’avance, en étudiant les besoins de votre niche, et même des sous-catégories de votre niche, vous êtes en mesure de choisir des produits ou services qui répondent spécifiquement à leurs attentes. Des attentes que les grosses entreprises ne comblent pas, parce qu’elles ne concernent pas les centaines de millions de personnes qu’elles ciblent…

Il vous suffit ensuite de présenter votre produit ou service à votre cible, en utilisant comme arguments, exactement les mêmes raisons qui vous ont poussé à choisir ce produit ou services:

Listez simplement les attentes insatisfaites que vous aviez décelées précédemment en les étudiant. Ainsi, vous leur apportez sur un plateau la solution concrète dont ils rêvent secrètement, en la présentant avec leurs propres arguments, comme si vous aviez lu dans leurs pensées.

En Dynamic-Webselling™, on appelle ça la théorie du mentaliste™

 

12. La théorie du fast-food fructueux™

Si vous voulez l’enthousiasme du public, il faut que quelque chose d’intéressant se passe dans une période de temps réduite, avec une intensité énorme. Et c’est applicable dans n’importe quel business:

Lorsque nous saluons quelqu’un, nous disons «Quoi de neuf?». Nous ne demandons pas: «Quoi de vieux? Qu’est-ce qui est toujours comme la dernière fois que je t’ai rencontré? »…

La théorie du fast-food fructueux™ vous aide à garder vos clients chauds comme la braise, en leur fournissant toujours une réponse intéressante à la question «Quoi de neuf?», avant même qu’ils la posent. Mais ça ne va pas convenir à ceux qui veulent se reposer sur leurs acquis:

En effet pour que ça fonctionne, il est probable que vous deviez créer de nouvelles “animations” dans votre activité. Mais le jeu en vaut vraiment la chandelle, parce que la fréquence d’achat de vos clients en sera multipliée…

L’industrie du fast-food est un bon exemple d’inspiration, lorsqu’il s’agit de répondre régulièrement à la question «Quoi de neuf?» avant même qu’on la pose:

La plupart des grandes enseignes de ce secteur d’activité ont une carte avec des menus qui sont présents toute l’année, mais ne s’arrêtent pas là:

Ils ont aussi régulièrement des menus ou des sandwichs disponibles seulement pendant 1 ou 2 semaines. Ce qui donne une raison aux clients de rendre visite spécifiquement pendant cette période. Et devinez quoi?

Une fois cette période terminée, ils recommencent avec un autre menu ou sandwich, et ainsi de suite. Les menus et sandwichs concernés sont tantôt des nouveautés, tantôt le retour d’une offre éphémère qui avait fonctionné 3 ou 6 mois plus tôt:

“Quoi de neuf? Le nouveau Super-Burger-Machin, disponible pendant 1 semaine…”, ou encore:

“Quoi de neuf? Le retour du Méga-Burger Truc-Muche, disponible pendant 15 jours”, et ainsi de suite…

Plus vous annoncerez souvent des nouveautés, disponible pendant une durée de temps réduite, plus vos ventes grimperont.

En Dynamic-Webselling™, on appelle ça la théorie du fast-food fructueux™

×